C’est qui SAM ? Celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas.

05/04/2006

Les 15/24 ans représentent près de 30 % des personnes tuées sur la route. Pour lutter contre l’alcool au volant notamment auprès des jeunes, la Sécurité routière, les associations, les pouvoirs publics et les
professionnels de la nuit, développent depuis quelques années une communication spécifique autour du conducteur désigné : « Celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas ». Son principe, simple et efficace, vise à responsabiliser les jeunes lorsqu’ils sortent et consomment de l’alcool : l’un d’entre eux ne boit pas d’alcool et peut ainsi raccompagner ses amis en voiture.

Le principe du conducteur désigné : celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas. Pour lutter efficacement contre les dangers de l’alcool au volant et responsabiliser notamment les jeunes, les pouvoirs publics, les associations spécialisées et les professionnels de la nuit (responsables de discothèques, de bars…) ont mis en place la solution du « conducteur désigné ». Son principe est simple et efficace : « celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas ». Depuis plusieurs années, la Sécurité routière et ses différents partenaires s’unissent pour diffuser ce concept, le faire vivre, soutenir ses messages et en faire un réflexe pour tous. Des campagnes successives produites par la Sécurité routière ont fortement marqué les esprits et la signature « celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas » connaît aujourd’hui une forte notoriété. Cependant, l’alcool tue toujours et on estime que 28 % des morts de la route en 2004 auraient pu être évités si tous les conducteurs avaient respecté la limite légale d’alcoolémie.

Mais qui est donc Sam ?
En 2004, la Sécurité routière lance une première campagne de sensibilisation fédératrice basée sur un visuel fort et souriant. En cette fin d’année 2005, pour renforcer l’impact du principe du conducteur désigné et faciliter son appropriation par les jeunes, la Sécurité routière a décidé de baptiser le conducteur désigné. Après un travail collectif avec les associations et des tests, le nom de Sam a été retenu. Pour 44 % des 15/24 ans interrogés*, Sam évoque le prénom d’une personne. Sam est unisexe renvoyant à la fois au diminutif de Samuel ou Samantha… D’autres évocations sont également liées à ce nom : le « Sam’di » pour les uns ou encore « Sam’va » pour les autres. Dans l’ensemble, 58 % des personnes interrogées trouvent que c’est une bonne idée de donner un prénom au conducteur désigné et 47 % des 15/24 ans estiment qu’il rend le dispositif plus concret.
* Source : Etude Ifop / Sécurité routière mai 2005.

Les accidents de la route, première cause de mortalité chez les 18/24 ans
Depuis quelques années, les efforts entrepris en France dans le domaine de la sécurité routière ont permis de sauver des milliers de vies. Depuis 2002, le nombre des personnes tuées a baissé de près de 40 %. Au total, ce sont près de 6 500 vies qui ont été sauvées. Cependant, il reste du chemin à parcourir, en particulier chez les jeunes qui demeurent un sujet de préoccupation majeur pour la Sécurité routière. Les accidents de la route représentent encore la première cause de mortalité chez les 18/24 ans. C’est ainsi qu’en 2004, les 18/24 ans accusent une hausse de + 0.7 % du nombre de personnes tuées sur les routes. Les accidents mortels des jeunes ont plus souvent lieu la nuit et le week-end que pour l’ensemble de la population : 56 % la nuit (contre 40 % pour l’ensemble de la population) et 41 % le week-end (contre 33 %). L’alcool constitue une cause majeure d’insécurité routière pour l’ensemble de la population en France avec près d’un accident mortel sur trois.

Pour plus d’informations, retrouvez SAM sur www.ckisam.fr


News précédente       News suivante


Liens